L'usage de l'image générée par calcul informatique était restreint à des films de courte durée. Des courts métrages concentrant toute l'inventivité et la créativité de leurs auteurs. Lorsque Pixar présenta Toy Story en 1995, le studio révolutionna le cinéma car il s'agissait du tout premier long métrage 100% en images de synthèse. Depuis cette date les films d'animation utilisant les formidables capacités de calculs d'ordinateurs toujours plus puissants sont légion et se hissent aux meilleures places du box office (Shrek, l'Age de glace, Madagascar, etc). Cette révolution est comparable à la démonstration que fit Walt Disney de la possibilité de réaliser des films long métrage d'animation en 1938 avec son Blanche Neige et les 7 nains.
Aujourd'hui Toy Story 3 a droit à la 3D, nouvelle étape de l'évolution du cinéma. Dans ce cas il n'est pas le premier film à en bénéficier, il renforce juste l'emploi de cette technologie. Mais Toy Story 3 marquera tout de même une nouvelle révolution, plus discrète mais Ô combien plus profonde. Sa B.O.F. ne sera vendue qu'en téléchargement et aucunement en CD. Il s'agira donc du premier album commercialisé sans support physique. Une tendance inévitable, depuis déjà de nombreuses années les consommateurs ont le choix entre acheter physiquement un disque dans une boutique et de le télécharger légalement sur un site de vente en ligne. Il en est de même pour les films où le VOD concurrence furieusement les DVD et même le Blu-Ray.
Avec les nouvelles habitudes et la mode de l'écologie, des supports physiques manufacturés avec des matériaux pas toujours recyclables, qu'il aura fallu transporter à grands renforts de dégagement de CO2, n'ont plus vraiment la côte. Le fait d'acheter des médias dématérialisés est donc une aubaine pour les éditeurs. Car non seulement ils n'ont plus à gérer en amont leur production puis leur stockage, leur livraison et enfin de devoir se retrouver avec des invendus sur les bras. Autant de postes de dépenses supprimés.
Dans le cas du disque Toy Story 3, ces intérêts sont décuplés par l'omniprésence d'un homme visionnaire: Steve Jobs. Toy Story 3 est un film réalisé par les studios Pixar (dont il est le fondateur), produit par et pour Disney (dont il est l'un des principaux actionnaires). La B.O.F. du film sera donc uniquement disponible sur des plateformes de téléchargement payants dont la principale est iTunes Store, propriété d'Apple dont Steve Jobs est patron et cofondateur.
Cette décision de ne pas éditer la B.O.F. en CD est lourde de conséquence, la musique numérique que l'on écoute via un ordinateur chez soi et sur un baladeur numérique (mode lancée par le iPod "made in Apple") est destinée à supplanter le support disque. C'est la mort annoncée du CD.

Toy Story 3 est donc au croisement de plusieurs intérêts, ceux de Pixar, de Disney et d'Apple qui convergent pour aller vers le rêve de George Lucas, qui à la fin des années 80 avait déclaré dans une interview qu'il attendait dans l'avenir la possibilité de diffuser ses films directement auprès des spectateurs sans passer par l'intermédiaire des majors d'Hollywood. Directement du producteur au consommateur... Amusant quand on sait que Pixar a été fondé par Jobs à partir de la division infographie de Lucasfilm Ltd racheté en 1986 à George Lucas pour 10 millions de dollars.

Liens directs
Abonnez-vous gratuitement à mes réseaux sociaux, newsletter et chaîne YouTube