Avec le double drame que connaît le Japon (séisme massif suivi d'un tsunami meurtrier) qui a entraîné une catastrophe nucléaire sans précédent, le spectre de l'atome fait frémir la planète. Partout dans le monde, en Chine, en Inde, en Russie, en Europe, en France les gouvernements donnent des instructions pour inspecter la sûreté de leurs centrales nucléaires. En Allemagne, des programmes de prolongement de vie de réacteurs ont été gelés. La Suisse et Israël ont annulé leurs projets futurs.
En France, deuxième parc mondial de réacteurs, le débat sur le nucléaire semble tourner en rond. Dans un pays fier d'avoir gagné son indépendance énergétique mais qui est devenu dépendant du nucléaire, on dit que c'est impossible de s'en passer (70 à 80% de l'électricité nationale est produite par les centrales) car les énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque) ne peuvent rivaliser avec le nucléaire. Il serait peut-être temps de se pencher sérieusement sur d'autres voies alternatives pour jouer la complémentarité...
En 1989 une voie avait été ouverte par des scientifiques. Cette voie dénommée fusion froide est tellement novatrice qu'elle fut aussitôt victime d'une véritable chasse aux sorcières. Pourtant à y voir de plus prêt, la fusion froide n'est pas aussi fantaisiste que l'on a voulu le faire croire. D'honnêtes scientifiques, tout ce qu'il y a de sérieux, ont pu mettre en évidence des aspects prometteurs de production d'énergie pour des coûts bien moindre que le nucléaire classique et surtout plus propre.
Aujourd'hui que le nucléaire n'est plus en odeur de sainteté la fusion froide pourrait être l'une des voies de recherche pour un monde meilleur?
Le documentaire visible ici a été réalisé il y a un peu plus de dix ans et montre comment le dogme scientifique en vigueur arrive à étouffer dans l'oeuf une théorie jugée trop révolutionnaire:


Les archives oubliees - La guerre de la fusion froide


Liens directs
Abonnez-vous gratuitement à mes réseaux sociaux, newsletter et chaîne YouTube