Quitter Facebook ou ne pas quitter Facebook ? Moi j’ai choisi…
de ne pas supprimer mon profil car à quoi bon le faire, puisque les données seraient conservées de toute manière par le géant d'Internet. Déçu, voire dégouté, par certains propos partagés à tout va sans réfléchir au milieu de posts chronophages et insipides, je ne viens plus sur Facebook depuis déjà pas mal de temps, bien avant le scandale Cambridge Analytica, à part pour m'occuper des pages dont je suis administrateur (et qui nécessitent un profil pour se connecter). Depuis plusieurs années, des proches ont vu leur compte "cloné" par des hackers aux petits bras tentant d'usurper leur identité, alors je ne réponds plus aux demandes d’amis. Depuis que je me suis inscrit par simple curiosité en 2007, mon intérêt pour Facebook a considérablement décliné, mais je reste persuadé que ce réseau est incontournable et qu'il évoluera encore. Espérons que ce soit dans le bon sens.
Alors d'ici là, si vous désirez me suivre, je vous invite à le faire prioritairement sur Instagram (oui je sais c’est aussi FB) et sur Twitter .

A bientôt sur ces deux réseaux sociaux un peu moins « invasifs ».
#deletefacebook